Sibeth Ndiaye : les Gilets jaunes, c’était bien pire que les supporters algériens !

0
1265

Quand Sibeth Ndiaye s’en va-t-en guerre, c’est du lourd. Et ça donne ce qui suit : « On met le focus sur le fait que des supporters algériens ont manifesté leur joie. Il faut remettre les choses à plat. Est-ce qu’on a connu des débordements de la nature de ceux qu’on a connu ? Avec les Gilets jaunes, on a eu des centres villes mis à sac ! ».




Et là, nous nous inclinons et saluons bien bas : ce n’est pas tous les jours qu’une pensée aussi lumineuse éclaire notre pauvre pays morose et sombre. En conséquence de quoi, nous demandons à Nadine Morano et à Zohra Bitan, ces deux misogynes xénophobes, qui ont mis en cause les tenues et les origines de la porte-parole du gouvernement, de se taire définitivement. Sibeth (appelons-la par son prénom, puisqu’elle est devenue notre intime) a raison. Les supporters algériens « ont manifesté leur joie », ce qui est beau. Les Gilets jaunes ont manifesté leur colère, ce qui est laid. Les Gilets jaunes ont envahi nos rues pendant sept mois. Les supporters algériens ont eu la délicatesse de se montrer pendant deux soirs seulement (demie-finale, finale).

Or, d’après tous les spécialistes, on casse plus en sept mois qu’en deux jours. Oui, Sibeth a vu juste ! Il y d’autres différences flagrantes. Les Gilets jaunes agitaient des drapeaux français, emblèmes de l’horrible colonisation. Les supporters algériens brandissaient les drapeaux de leur pays, symbole de leur indépendance. Les Gilets jaunes réclamaient des choses vraiment insensées : la suppression de la taxe carbone, le référendum d’initiative citoyenne, la démission de Macron. Les supporters algériens ne voulaient que crier leur bonheur et, très respectueux de la fonction présidentielle, ne réclamaient pas le départ du chef de l’Etat. Oui, cent fois oui, Sibeth a mis dans le mille !

Au Moyen Âge, les rois et les seigneurs, avaient des bouffons pour égayer leurs soirées souvent monotones. Les roturiers et les manants en étaient privés. Aujourd’hui, par la grâce de notre Seigneur et Maître, nous avons une bouffonne.



Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici