Selon ce macroniste, « un maire qui sera réélu sans l’apport de LREM sera un ennemi » de Macron

0
1982

Une déclaration de Gilles Boyer, nouveau député européen LREM, fait réagir les internautes et une partie de la droite.

Curieuse vision de la démocratie que celle de Gilles Boyer. Fraîchement élu député européen avec l’étiquette LREM, ce très proche d’Edouard Philippe a fait une déclaration un peu spéciale jeudi matin au micro d’Europe 1 à un an des élections municipales :

« Un maire qui sera réélu avec l’apport de la République En Marche et du MoDem sera un allié du président pour 2022, et un maire qui sera réélu sans leur apport sera un ennemi du président pour 2022. »

« Ah vous voyez ça comme ça ! », s’est étonnée, visiblement surprise, la journaliste Audrey Crespo-Mara.

« Sémantique guerrière »

Ce passage de l’interview de l’ancien membre des Républicains serait, semble-t-il, passé totalement inaperçu s’il n’avait pas été exhumé ce vendredi par plusieurs internautes.



Plusieurs d’entre eux y vont vu « un mépris macroniste envers les élus locaux » et s’interrogent sur l’emploi du terme « ennemi » alors que les politiques lui préférent souvent celui d’« adversaire ».

Dénonçant « une forme de sectarisme », le député LR du Vaucluse, Julien Aubert, juge dans une lettre ouverte à Emmanuel Macron, publiée sur le site de « l’Opinion » ce vendredi soir, que « tenir ce langage est extrêmement dangereux » et évoque une « sémantique guerrière ».

Gilles Boyer, ancien conseiller d’Edouard Philippe à Matignon et ex-cheville ouvrière de la campagne d’Alain Juppé en 2016, avait échoué à se faire élire dans les Hauts-de-Seine aux législatives de 2017 sous les couleurs des Républicains.

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici