Puisque le français ne fait plus rêver Macron, qu’il dégage en Allemagne !

0
40



Ça y est ! Choupinet a trouvé moyen de cracher sur la langue française à Aix-la-Chapelle. Il faut vraiment se pincer jusqu’au cri pour admettre que le président de la République française a pu proférer ce genre d’ânerie depuis l’étranger.

Certes, on s’est habitués quoique bien difficilement, à ses insultes répétée contre le peuple, contre l’Histoire, contre la mémoire et contre la conscience d’être. Mais là, le pantin à 14 % de voix se vautre dans son propre sarcasme. Extrait en mode « je déconne à plein tube » : « Parce que cette part d’incompréhensible nous rapproche. Parce que la part que je ne comprends pas en allemand a un charme romantique que le français, parfois, ne m’apporte plus » . 

« Que le français ne m’apporte plus » !

Mais alors, qu’il reste en Allemagne ! Et qu’il y vieillisse dans la bile amère des exils, veillé par une vestale nommée Angela, oublié des siens jusqu’à ne plus être que l’ombre de ce que la France a créé de plus universel.

Un zombie. Une mue de vipère abandonnée au soleil de Berlin, une grimace au tréfonds de nos écoles, de nos universités, de nos cathédrales, de nos académies.

Écrase-toi, citoyen Macron ! Aplatis-toi une bonne fois pour toutes devant l’Autre, comme la crêpe au creux de la poêle, disparais dans la tubulure de mon cabinet de toilette, fous le camp, tu comprends ces simples mots en bon français ? Fous le camp !

Ta patrie te dégueule comme le poète vomit la rature d’homme que tu lui imposes. Fous le camp avec ta suite entorchonnée, avec tes esclaves et tes janissaires, on ne veut plus de vous, entends-tu cela ? On ne veut plus de vous, la Droite, la Gauche, l’extrême-Centre et surtout le peuple, tous unis derrière leurs différences, ne veulent plus de vous.

Emmanuel Macron, le peuple français vous rejette, toi et ta troupe de polichinelles sanglants, vous qui l’avez pris de force pour mieux le soumettre et qui maintenant prétendez le clouer devant son écran de télévision pour lui imposer la quintessence de votre perversité : les putains de la République rassemblées dans les studios sous la gouvernance des maquereaux dont vous êtes les débiteurs. Mais d’où sortez-vous donc pour croire que cela va pouvoir durer encore plus de trois années ?

Qui êtes-vous pour porter, depuis l’Allemagne, le coup de poignard mortel dans le dos de ceux que vous avez déjà flingués, éborgnés, mutilés, détruits à jamais, ces petits dont vous aviez la charge et que vous abandonnez au sadisme de vos SA ? Qui êtes-vous pour avoir, de la manière la plus impitoyable qui soit, déclenché la guerre entre les Français au moment où la France est assaillie par des forces étrangères dont vous vous êtes faits les alliés ?

Vous êtes une bande de traîtres sur un soubassement de lâches. Tu en es le chef. Les mots faiblissent à mesure qu’on les emploie et pourtant, ils sont les seuls qui vaillent leur signification, ce soir. Et toi, Emmanuel Macron, pauvre gamin propulsé dans la lumière du grand cirque de la vie par des dompteurs de puces savantes, tu entres de jour en jour plus avant dans la phalange de tes semblables, misérables dépouilles que j’ai suffisamment déclinées ici-même pour ne pas avoir besoin d’en refaire la liste.

Elles t’ouvrent les bras, ces charognes. Une vraie famille. Dépêche-toi de les rejoindre. Les ricanements d’Angela Merkel sous les huées d’Aix-la-Chapelle annoncent clairement votre commune destinée : la grande poubelle de l’Histoire.

Jean Sobieski

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici