Prendre conscience de la dérive autoritaire du macronisme

0
286



Le dixième samedi des « gilets jaunes » produit son effet politique : le grand débat s’enterre d’un côté, la vie passe de l’autre. Et la vie est toujours plus forte que les éteignoirs du monde officiel. Le succès de la mobilisation de rue a mis en échec une manœuvre de grande ampleur. Il s’agissait pour le pouvoir macroniste d’éviter de dissoudre l’Assemblée nationale en tentant de dissoudre le mouvement populaire dans des bavardages officiels. C’est un échec.

La suite, pour ce qui concerne cette trouvaille, est donc écrite d’avance. La tournée bavarde du Président va devenir un rituel assommant. Elle est déjà bien mal vécue par les participants qui se sentent convoqués davantage qu’invités. Les téléspectateurs, de leur côté, restent abasourdis par des heures de grand oral télévisuel. Et puis il y a aussi les gens du cru. Ceux qui vivent aux alentours de l’auguste visite. Le grand déploiement de gendarmes et d’interdictions de circuler de toutes sortes les crispent plus que jamais : le pouvoir qui les importune à domicile. Les maires de tous bords, déjà hautement réfractaires comme on l’a vu dans l’Hérault, vont devenir moins disponibles pour faire tapisserie. Ou sans doute plus incisifs et intrusifs une fois parqués ensemble. Que les deux messages les plus vus sur YouTube après le rendez-vous du Lot soient ceux de deux maires protestataires en est le signal certain.

Je doute que le spectacle de ces salles hautement masculines, grisonnantes, bardée de bleu blanc rouge, écoutant sagement les faveurs du Prince, réduisent la fracture entre les institutions et le peuple. Je doute que ce spectacle soit reçu comme autre chose qu’un durcissement intrusif de la monarchie présidentielle. Pour finir, les conclusions du grand débat étant connues d’avance, elles aussi, l’effet d’éteignoir du mouvement populaire ne peut venir de là. L’impasse politique s’approfondit donc.

Mais de son côté, le mouvement doit tirer profit de sa force reconfirmée. Il est frappant de constater que les mots d’ordre essentiels peuvent fluctuer d’une semaine à l’autre passant du terrain du référendum d’initiative citoyenne au rétablissement de l’ISF. Mais pour l’essentiel, ce qui ne change pas et ponctue tous les cortèges, c’est bien « Macron démission ». C’est une signature hautement politique de ce qui se déroule. Le mouvement en cours n’est donc pas seulement un « mouvement social » dans le sens que l’on donnait à ce terme jusqu’à une date récente. Comme quand on parlait des grandes mobilisations sur les contrats de travail, la défense de la retraite par répartition ou des services publics locaux. C’est pour cela que j’ai employé ici à plusieurs reprises le terme « d’insurrection citoyenne » pour nommer cet évènement au long cours depuis dix semaines.

Observons que la réplique gouvernementale porte aussi un message politique. Le pouvoir a compris qu’il est mis en cause dans sa légitimité même. Telle est bien la compréhension qu’en ont les autorités de l’État. Et cela explique l’extrême dérive autoritaire du pouvoir que l’on constate. Elle est faite d’escalades judiciaires et de répressions de plus en plus sanglantes. C’est là aussi un fait d’une qualité nouvelle. Ce que nous voyons est ce qui s’est fait de pire dans ce domaine depuis 60 ans au moins. Et cela va aller de mal en pis. La loi de répression générale et de réduction des libertés individuelles dictée par Nicole Belloubet vient à peine d’être adoptée la semaine passée. Elle va pourtant être bientôt durcie par la loi de grande répression voulue par Edouard Phillipe.

Il en est ainsi parce que les macronistes ont acquis la certitude qu’ils n’ont pas de sortie ailleurs que dans le siphonnage de l’électorat de la droite. Et de fait, depuis décembre, tous ses progrès sondagiers viennent du glissement de ces électeurs de Fillon vers une approbation de l’autoritarisme de Macron. Évidemment, cela provoque un effondrement désormais visible de la droite traditionnelle réservant au pouvoir l’espoir de deuxièmes tours féconds pour ses candidats en cas de dissolution.

Manœuvre parallèle : sataniser « La France insoumise » (LFI) pour préparer les seconds tours très probable avec elle. Il bénéficie pour cette manœuvre de l’appui de toute la gauche traditionnelle qui n’existe plus désormais que dans les outrances contre LFI (et contre moi cela va de soi). Divers groupuscules anciens ou nouveaux se joignent à la meute de la hargne, impatients de retourner à l’impuissance et aux scores inoffensifs qui prévalaient jusqu’à l’émergence de « La France insoumise ». Le système médiatique donne la parole avec gourmandise aux plus vulgaires tireurs dans le dos disponibles pour un moment de lumière. On se le tient pour dit. Mais le résultat est effrayant.



Car ce gouvernement aura été celui d’une transition autoritaire des institutions qui, progressivement, change le type de société politique dans laquelle nous vivons. Depuis quelques jours, un certain nombre de médias semblent prendre conscience du phénomène. Enfin il est question de la violence disproportionnée du « maintien de l’ordre ». Mais leur dépendance au système est trop grande pour qu’ils puissent aller plus loin. Ce n’en est pas moins utile. Cela peut conduire certains secteurs de la société à comprendre ce qui est vraiment en jeu au-delà de leur peur du peuple et leurs préventions de caste ou de classe.

Ceux qui ont ricané parce que je « laissais éclater ma colère » dans l’affaire des perquisitions abusives peuvent finir par comprendre que ce qui était exorbitant du droit des libertés devient dorénavant la règle depuis la loi Belloubet. Ceux qui stigmatisaient ma protestation contre l’usage politique de la police se sont eux-mêmes désarmés à l’heure où cet usage est devenu la norme hebdomadaire et se retourne contre eux. Ceux qui ont banalisé l’agression dont je faisais l’objet sont bien seuls à l’heure où les violences contre eux se généralisent stupidement contre eux. Ceux qui ont insulté ma protestation contre le front uni médiatique aux côtés du pouvoir dans cette circonstance n’ont pas venu monter la réprobation unanime que ce type de comportement suscite depuis des années dans le grand public qui la perçoit clairement.

Depuis, ils se trouvent pris entre deux feux, celui de « la rue » qu’ils ont tant offensée et celui des violences d’État qu’ils masquaient par leur silence remarqué pendant des semaines. Ils nous appellent au secours. Et, bien sûr, nous avons multiplié les mises en garde contre la violence. Ce qui n’empêche pas les plateaux de continuer à jacter comme si c’était l’inverse. Se rendent-ils compte qu’ils encouragent de cette façon ce qu’ils redoutent ? Je ne dis tout cela que pour souligner ma mise en garde. Il est largement temps de se rendre compte de l’exceptionnelle gravité de ce que comporte la dérive autoritaire de ce régime. Les petits jeux du passé, politiciens ou médiatiques, dans ce nouveau contexte, aggravent le danger que la démocratie est en train de courir.

C’est d’ailleurs pourquoi les Insoumis ont pris à bras le corps cette question de la lutte contre la dérive autoritaire du régime macroniste. Une plainte contre le ministre de l’Intérieur Castaner et ses menaces illégales contre les manifestants, une proposition de loi pour suspendre immédiatement l’usage des armes utilisées contre eux, des amendements de suppression et d’interdiction des abus dans la loi liberticide qui arrive en débat une table ronde, des tribunes de presse, un meeting en vue : nous sommes à l’offensive. Tel est le meilleur appui que nous puissions apporter au mouvement des gilets jaunes. Les droits exorbitants que se donne, dans les faits et par la loi, ce pouvoir violent, une équipe gouvernementale plus violente pourrait en user tout aussi légalement. C’est donc dès à présent qu’il faut défendre les libertés individuelles et collectives. Car le macronisme contient leur mise en cause sans que personne ne puisse dire jusqu’à quel point.

Coup de force à Aix-la-Chapelle

Mardi 22 janvier, Emmanuel Macron signera à Aix-la-Chapelle un traité engageant la France avec l’Allemagne. Pourtant, ce texte n’a été débattu par personne en France, ni à l’Assemblée nationale ni où que ce soit dans le pays. À ce jour, le contenu du traité n’a toujours pas été communiqué aux députés. Si nous avons pu en prendre connaissance, une semaine avant l’échéance, c’est parce qu’un site internet l’a publié. On déduit de cette situation au moins un élément de calendrier : pendant que Macron organisait déjà un grand débat, les « consultations citoyennes sur l’Europe », il négociait secrètement avec Merkel. Tenons-le-nous pour dit. Car dorénavant nous savons que le cynisme officiel n’a pas de limite.

Souvenons-nous ! Cet homme dit regretter aujourd’hui le viol de la démocratie entre 2005 et 2007 à propos du Traité constitutionnel européen. Cet homme prétendait rénover l’Europe en donnant aux citoyens le moyen de participer à son avenir. Et pourtant cet homme a accepté que les accords de libre-échange signé par l’Union européenne puissent désormais s’appliquer sans débat ni ratification par les Parlements nationaux. Au-delà des bavardages, plus que jamais, l’Europe de Macron se fait sans les peuples.



Inacceptable dans sa méthode, ce traité est nocif sur le fond. Il confirme l’obsession des libéraux français pour un tête-à-tête solitaire avec l’Allemagne comme politique européenne exclusive. Le traité d’Aix-la-Chapelle prévoit que la France et l’Allemagne doivent élaborer des « positions communes » et des « prises de paroles coordonnées » dans les institutions européennes.

Coller à l’Allemagne en toutes circonstances, Emmanuel Macron le fait depuis le début du quinquennat. Cela a valu plusieurs déconvenues à la France. Sur l’autorisation du glyphosate pour 5 années supplémentaires, c’est le vote de l’Allemagne qui a mis notre pays en minorité. De même, après avoir laissé Macron parler pendant des mois, madame Merkel lui a refusé son incompréhensible « budget de la zone euro ». Il a ridiculisé notre pays. Il a dû remballer piteusement sa trouvaille. Pourtant, il continue dans cette voie. Il ne cherche pas un jour à se tourner vers d’autres pays européens, comme ceux de l’Europe du Sud. Ainsi, le sommet organisé à Rome le 10 février 2018 entre la France, l’Italie, le Portugal et la Grèce n’a donné lieu à la signature d’aucun traité avec aucun de ces pays. La bêtise qui consiste à se ligoter avec des Allemands amusés par la situation tourne à l’offense pour ceux qu’on dédaigne. Pour finir, le spectacle d’un directoire franco-allemand est de plus un acte bien peu « européen » vu de Varsovie ou de Lisbonne. Il se retourne contre la France, car les autres savent qui avec qui il est devenu impossible de se fâcher.

Le second chapitre du traité aborde les questions de défense et de relations internationales. Les deux États y disent leur attachement à l’Europe de la Défense. Nous ne pouvons pas l’accepter. Notre doctrine est celle de l’indépendantisme français. Le texte qu’il signe fait référence explicitement à l’OTAN. En son temps, le général de Gaulle s’était battu pour exclure toute référence à l’alliance américaine du traité de l’Élysée qu’il signait en 1963 avec l’Allemagne. Les députés au Bundestag avaient rajouté au moment de la ratification un préambule incluant l’OTAN, provoquant la colère du général. Avec Macron, il n’y a aucune résistance à l’atlantisme. Mais le comble pour la France est sûrement ce passage où les deux parties se prononcent pour « la coopération la plus étroite possible entre leurs industries de défense ». Cette coopération signifie dans la réalité le transfert des technologies française à une Allemagne qui par ailleurs ne respecte pas ses accords. L’Allemagne a privilégié du matériel israélien plutôt que l’hélicoptère Tigre européen. Elle a trahi les accords sur le domaine spatial. Son gouvernement n’accorde pas de priorité aux tirs spatiaux de la fusée commune. Mais Macron a quand même signé un accord en juin dernier pour la production d’un char franco-allemand.

Sur les Nations-Unies, il n’est plus question de partager notre siège permanent au Conseil de sécurité, comme il en avait été un moment question, et comme un ministre allemand s’était permis de le demander. Le traité affirme cependant que nous sommes désormais favorables à ce que l’Allemagne devienne membre permanent du Conseil de sécurité. C’est-à-dire avec un droit de véto sur l’adoption des résolutions de l’ONU. Personne en France n’a été prévenu que nous défendrions l’entrée de l’Allemagne dans le saint des saints de l’ONU. C’est pourtant une orientation stratégique importante pour la France. Mais décidée apparemment par une seule personne, le monarque présidentiel. Pourquoi l’Allemagne donc ? On ne le saura pas. Actuellement, les membres permanents du Conseil de sécurité sont la Chine, la Russie, les États-Unis, le Royaume-Uni et la France. Il semblerait plus cohérent de faire rentrer l’Inde, pays qui compte un milliard d’habitant. Ou bien un État africain ou sud-américain, continents qui n’y sont pas représentés pour l’instant.

Le traité vient ensuite sur la question des régions transfrontalières. Il plaide pour une unification des normes et des règles dans les départements français et les Länders allemands qui bordent la frontière. Mais les règles qui s’appliquent dans les départements français sont votées par l’Assemblée nationale française et les mêmes que celles qui s’appliquent dans le reste des départements. C’est le principe d’unité de la loi et d’égalité de tous les citoyens devant celle-ci qui est un fondement de l’ordre républicain français. Or, le traité prévoit « des dispositions juridiques et administratives adaptées, notamment des dérogations, peuvent également être accordées. ». C’est-à-dire la fin du principe d’égalité devant la loi pour les départements frontaliers avec l’Allemagne. Début de partie. Car quel sera le statut des départements frontaliers de départements frontaliers ?

Enfin, le dernier chapitre du traité est celui de la soumission à l’ordolibéralisme. Il institue un « conseil économique franco-allemand » qui est censé « coordonner » les politiques économiques de nos deux pays. Son objectif est précisé : ce n’est pas le progrès social ou la transition écologique mais la « compétitivité ». En plus de la Commission européenne, désormais, un « conseil d’experts franco-allemands » formulera lui aussi des recommandations au peuple français sur ce qu’il convient de faire. Ces recommandations, on les connaît : moins de services publics et d’investissements publics, des baisses de salaire, la chasse des chômeurs. Le recul de notre indépendance et de notre souveraineté marche ici avec le recul social et écologique.

 

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici