Jean-Luc Mélenchon : Nouvel épisode de droitisation en vue au PS et à EELV

0
191

À mesure qu’on s’approche du vote du 26 mai et de ses résultats, les états-majors politiques des différents pays se préparent à la suite, c’est-à-dire le partage des postes à la tête du Parlement européen et de la Commission. Au niveau des 28, la thèse dramatisante « les libéraux ou l’extrême droite » avance bien et fort. Elle justifie les magouilles les plus pitoyables sous couleur de résistance contre les fascistes. Loin des yeux des électeurs, elle permet déjà des arrangements en tous sens qui seront vendus comme autant d’héroïques « barrage à l’extrême droite ». Le parti des castors à échelle européenne.

Les Verts européens ont déjà dit qu’ils étaient prêts à négocier avec la droite et les macronistes. La nouveauté c’est qu’une série de dirigeants sociaux-démocrates en font autant depuis quelques jours. C’est le premier ministre (PS) du Portugal qui annonce son soutien au mouvement « Renaissance » que pilote Macron en compagnie des libéraux du groupe ALDE et de son président le belge Guy Verhofstadt, ancien Premier ministre de ce royaume. Matéo Renzi, du parti démocrate, le répugnant italien qui a fini la liquidation de la « gauche » italienne, vient d’en faire autant. Mais surtout, le candidat officiel de tous les PS d’Europe pour la Commission européenne en fait autant. Le « Spitzenkandidat » de la social-démocratie, le social-ultra-libéral hollandais Frantz Timmermans « tend la main à Macron ».

Cet épisode de droitisation international n’est surprenant que vu depuis la France. Sur la scène européenne c’est un scénario de grande coalition dont la matrice est dans le gouvernement allemand où collaborent en bonne intelligence le SPD et la CDU/CSU de Merkel. On cherchera en vain une seule protestation des PS d’Europe face à cet attelage. La « main tendue » du leader européen des socialistes est de la même eau. C’est assez pour pouvoir raconter la suite. En 2014 déjà, les socialistes français avaient essayé de dramatiser le sens du vote européen. Il fallait voter pour eux pour éviter l’élection de Juncker comme président de la Commission. À peine élu, les députés socialistes se renièrent et votèrent pour Juncker. Avec la droite. Et ils se partagèrent avec elle les postes dans la Commission et au Parlement européen.

La même musique se prépare. Encore faudrait-il que le PS obtienne plus de cinq pour cent des voix et qu’il ait des députés élus. Mais même sans cela, on voit se dessiner le sens des règlements de comptes qui suivront le vote désastreux qui les attend. Le PS regorge d’élus du type Dussopt, capable de voter contre le budget et d’être ministre macroniste trois jours plus tard. À l’Assemblée nationale, au Sénat et davantage encore sur le terrain municipal à l’orée des élections régionales. La « main tendue » ne sera pas seulement un épisode européen. Les macronistes ne s’en cachent pas. Ils veulent continuer le processus de siphonnage et de recyclage auquel ils ont déjà tant travaillé à la présidentielle.

Le même objectif est poursuivi en direction d’EELV et de ses dirigeants. Dès lors que huit sur dix des derniers dirigeants de cette formation ont déjà changé de camp, pourquoi cela serait-il impossible encore ? D’autant qu’en intégrant une figure aussi centrale que celle de Canfin en tête de leur liste, les macronistes ont envoyé un signal qui a été reçu cinq sur cinq dans la mouvance qui entoure Jadot. Et Jadot lui-même a déjà envoyé les signaux nécessaires avec ses déclarations sur l’écologie de marché. Et il a su profiter des circonstances pour faire des déclarations stupéfiantes qui sentaient fort la sympathie pour les causes macronistes. Ainsi quand il a entonné l’air de la « condamnation totale » de l’attaque de l’hôpital de la Pitié-Salpêtrière. Ou comme ce dimanche en réclamant cette pure idiotie : un « rapprochement entre le statut de la fonction publique vers celui des travailleurs du privé ». C’est à dire exactement ce que se prépare à faire Macron en passant sur le corps d’une des cathédrales de la gauche qu’est le statut de la fonction publique.

On peut donc dire que le démantèlement final de l’ancienne majorité de François Hollande va se terminer le 26 mai. Les derniers dégoûtants vont se rallier et les derniers dégoûtés iront continuer à pleurer leurs illusions perdues. Quand je dis « donnez de la force a une force », c’est à dire aider les insoumis au lieu de faire des votes de nostalgie, je sais qu’un fois de plus je lance une alerte et je propose une issue positive. La fédération populaire répondra à la désertion finale de tous ceux qui auront tout détruit depuis Hollande.

La mer avance, la vie recule.

C’était un jour triste. J’en avais fait l’ouverture de mon précédent post. J’y reviens. Parce que samedi à Marseille, je suis allé avec Manon Aubry au marégraphe. Un outil qui donne le point zéro pour calculer toutes les altitudes en France et dans quelques autres pays. Il le fait en mesurant le niveau de la mer depuis 130 ans. L’installation a failli mourir faute de crédits publics. Évidemment. Heureusement le personnel a pris le problème à bras le corps et il a sauvé l’outil grâce à une collecte de dons. Évidemment. Ce que l’on sait grâce à cet outil : le niveau de la mer est monté de seize centimètres depuis le début du siècle et 30 % de cette augmentation a eu lieu dans les dix dernières années. Le grand chambardement est commencé. La vie entre en recul avec les modifications climatiques qui modifient de fond en comble les divers écosystèmes qui rendent possible la biodiversité actuelle. Le moment est historique. Personne ne peut dire qu’il n’aura pas été prévenu.

Le 6 mai, la plateforme intergouvernementale scientifique et politique sur la biodiversité et les services écosystémiques a rendu son rapport mondial. Cette instance est surnommée le « Giec de la biodiversité ». Comme le Giec, il réunit des scientifiques issus de 110 pays. Leur rapport adressé aux dirigeants du monde a été approuvé par consensus. Cela donne d’autant plus de force à leur alerte. Message crucial : la sixième extinction des espèces est commencée. Un million d’espèces animales et végétales sont menacées de disparition c’est-à-dire une sur huit. Cela concerne 25% des mammifères, 40% des amphibiens, 33% des coraux, 27% des crustacés ou 19% des reptiles. Le taux d’extinction aujourd’hui constaté parmi les espèces vivantes est, pour les scientifiques entre des dizaines et des centaines de fois supérieur à la moyenne des derniers 10 millions d’années. L’homme est à l’origine de cette catastrophe. Pour le président de la plateforme intergouvernementale : « Nous sommes en train d’éroder les fondements mêmes de nos économies, nos moyens de subsistance, la sécurité alimentaire, la santé et la qualité de vie dans le monde entier ».

Car cette perte à grande vitesse de biodiversité aura bien des conséquences sur nos modes de vie jusqu’à les menacer gravement. D’abord pour la sécurité alimentaire de milliards d’êtres humains. 75% des cultures agricoles dépendent de la pollinisation. La disparition des insectes pourrait faire brutalement chuter les rendements agricoles, dans le contexte d’une pression démographique intense. 2 milliards d’êtres humains dépendent du bois pour leurs besoins énergétiques. Mais la surface de la Terre a perdu un tiers de son couvert forestier par rapport à la période préindustrielle. 4 milliards d’autres se soignent par des médecines naturelles. Ainsi, le rapport mondial sur la biodiversité souligne que la pente prise, si elle ne s’infléchit pas, empêchera l’Humanité d’atteindre les « objectifs de développement durable » fixés par l’ONU en 2015. La réduction de la pauvreté, de la faim dans le monde, l’amélioration de l’accès à l’eau ou à la santé seront impossibles dans un contexte de disparition de masse des espèces.

Par ailleurs, ce désastre écologique mènera aussi au chaos géopolitique. Le rapport pointe 2500 conflits en cours pour l’accès aux ressources fossiles, à l’eau, à la nourriture ou aux terres arables. J’ai abordé ce thème en meeting à Pau en novembre dernier. J’affirmais alors que la question écologique était centrale pour la paix au 21ème siècle. J’avais alors donné l’exemple du lac Tchad. Cette réserve naturelle a perdu 95% de sa superficie depuis 50 ans. Les 20 millions de personnes qui vivent là sont les premières victimes de cette catastrophe. C’est aussi le terrain privilégié sur lequel prospère le groupe terroriste islamiste Boko Haram que nous combattons au Sahel. Sans compter les centaines de millions de personnes qui vont se déplacer à cause de la disparition de la biodiversité, bouleversant totalement l’ordre des frontières.

Les scientifiques font l’inventaire des milieux naturels détruits ou altérés par les activités humaines. Il s’agit de 75% des milieux terrestres, 66% des milieux marins et de 85% des zones humides. La destruction pure et simple des milieux naturels pour changer leur usage est la première cause de la sixième extinction. Il s’agit par exemple de la déforestation pour transformer des espaces en terres d’agriculture, comme cela est le cas en Amérique du Sud. Cela ne dérange pas l’Union européenne et Macron, les hypocrites de l’écologie qui négocient quand même un accord de libre-échange avec le Mercosur. Les activités minières sont un autre responsable de cette destruction. Là encore, les yeux se tournent vers Macron et sa désastreuse montagne d’or en Guyane. On pourrait aussi pointer le bétonnage pratiqué dans l’hexagone avec les nombreux projets validés par le « champion de la Terre » : Europa City, grand contournement ouest de Strasbourg etc.

Les pollutions sont aussi en cause, et notamment les pesticides. Leur utilisation massive dans l’agriculture tue massivement les espèces animales et végétales. Là aussi, le bilan de Macron est déplorable. D’abord, il a perdu contre l’Allemagne et Bayer-Monsanto au niveau européen sur le glyphosate. Il défendait une interdiction dans 3 ans et, finalement, le glyphosate a été réintroduit pour 5 ans au moins. Puis, il a refusé trois fois à l’Assemblée nationale d’appliquer une interdiction en France sur proposition des insoumis. Enfin, alors que ses ministres paradaient un vendredi dans une marche climat, sa majorité votait la prolongation pour 3 années supplémentaires de la production en France de pesticides interdits à la vente en Europe.

En vérité, Macron nous fait perdre du temps pour faire face sérieusement à l’effondrement de la biodiversité. La sortie des pesticides et le passage à l’agriculture biologique sont urgents. Pour cela, il faut rompre avec le libre-échange et instaurer un protectionnisme solidaire. Il faut mettre un coup d’arrêt au bétonnage à outrance et à l’étalement urbain. Pour protéger la biodiversité, il faut sortir de la logique de l’argent aux commandes et passer à celle des biens communs.

Le grand déménagement des gens

Emmanuel Macron et Nathalie Loiseau réclament le renforcement de la militarisation des frontières de l’Europe. Le Président a ainsi plaidé pour « une police des frontières communes ». On peine à comprendre le sens exact de cette proposition étant donné que l’agence Frontex existe déjà. En revanche, on comprend que lui et madame Loiseau sont d’accord avec Jean-Claude Juncker pour renforcer son contingent de 10 000 hommes.

Ils sont engagés sur le sujet dans une course avec Marine Le Pen. D’ailleurs, les macronistes et le rassemblement national votaient parfois ensemble à l’Assemblée nationale sur la loi asile immigration. Ce fut notamment le cas sur la possibilité d’enfermer en centre de rétention pendant 90 jours des enfants. Les deux ne comprennent pas que la hauteur du mur, la taille des barbelés importent peu pour ceux dont l’exode est une question de survie. 15 000 personnes mortes par noyade en Méditerranée en 3 ans ne suffit pas à décourager. Nous, les insoumis ne cessons de répéter l’évidence : la seule discussion rationnelle à avoir sur le sujet de l’immigration est celle des raisons du départ. L’Union européenne a sa part de responsabilité lorsqu’elle détruit l’agriculture vivrière et les chances de développement en imposant des accords commerciaux inégaux. Les désordres causés par l’OTAN et ses guerres aussi. Sans parler de la première cause de déplacement de populations : le réchauffement climatique.

Mais il y a un autre angle mort dans l’approche commune des libéraux et des nationalistes. C’est celle de l’émigration à l’intérieur de l’Union européenne. Aveuglés qu’ils sont par leur mépris pour les pays du Sud, ils ne voient pas que l’exode et l’exil sont des phénomènes qui touchent des populations européennes. C’est le cas pour l’Est du continent. Là-bas, le départ des jeunes et des qualifiés est bien le premier sujet, pas l’invasion fantasmée par Le Pen et Salvini. En effet, quand on interroge par sondage les habitants de ces pays sur leur inquiétude quant à l’arrivée de migrants ou au départ de nationaux, une majorité se dit plus inquiète des départs vers l’Ouest et le Nord de l’Europe. Il faut dire que pour certains pays c’est une catastrophe. La Roumanie et la Bulgarie ont perdu de l’ordre de 20% de leur population en 10 ans. La population vivant en Croatie a diminué de 13% depuis 1991. Et les choses ne vont pas mieux depuis que le pays des Balkans a rejoint l’Union européenne. Si les tendances actuelles se prolongent, il pourrait perdre un quart de ses habitants dans la prochaine décennie. C’est au point qu’en Pologne ou en Roumanie, une majorité de la population dit qu’elle soutiendrait des mesures pour interdire aux jeunes d’émigrer.

Pour ces pays, l’appartenance à l’Union européenne a plutôt été un accélérateur de leur désertification. L’absence d’harmonisation sociale, interdite par les traités européens, les a contraints à se maintenir dans des niveaux de salaires et de protection sociale extrêmement bas. Des dispositions comme la directive sur les travailleurs détachés les ont même incités à voir la misère de leurs travailleurs comme un avantage comparatif. Dans le même temps, ils n’ont pas bénéficié des investissements publics importants pour développer une base productive propre. Au contraire, puisque les États ont été poussés à privatiser leurs industries et leurs infrastructures. Le résultat est que, pour les jeunes générations, l’avenir paraît plus intéressant à l’Ouest ou au Nord de l’Europe que dans leur pays. Dans le cœur de l’Europe, certains ont par ailleurs organisé le pillage de la main d’œuvre de l’Est. C’est notamment le cas de l’Allemagne elle-même en déprise géographique. Outre-Rhin, des entreprises, des communes ou même des Landers organisent des campagnes de recrutement dans à l’Est et dans les Balkans. Les maisons de retraites allemandes embauchent ainsi une grande partie de leur personnel en Croatie.

Il n’y a pas que l’Est. Depuis la crise de la dette, les pays du Sud et l’Irlande ont aussi été frappé par le fléau de l’émigration. Pendant la crise, 400 000 personnes ont quitté la Grèce, 700 000 sont parties d’Espagne, 485 000 du Portugal et 200 000 d’Irlande. Cet exil forcé a fortement marqué ces sociétés. Lui aussi est directement causé par l’Union européenne. La Commission a imposé aux gouvernements serviles de ces pays la baisse des salaires, les coupes dans les services publics, le licenciement des fonctionnaires et les privatisations avec un rythme et une intensité jamais vus auparavant en Europe. L’immigration et l’émigration sont donc d’abord des problèmes européens. À l’intérieur comme à l’extérieur de l’Europe, ce sont les politiques libérales qui déstructurent les sociétés et poussent à l’exode. L’exil est toujours une souffrance pour celui qui le subit. S’il trouve refuge chez nous, l’humanité commande de lui fournir le meilleur accueil possible. Mais dans le même temps, notre objectif d’internationalistes doit être de permettre à chacun de mener une vie digne chez lui. « Vivre et travailler au pays » est une revendication qui commence en Europe.

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici