Jean-Luc Mélenchon incite Macron à convoquer une assemblée constituante

0
288





Reçu par Emmanuel Macron, le leader de La France insoumise ne pense pas que le chef de l’État soit déterminé à organiser un référendum.

Après Marine Le Pen plus tôt dans la journée, c’est Jean-Luc Mélenchon qui a été reçu par Emmanuel Macron, mercredi à l’Élysée. Le leader de gauche, à l’issue de près de deux heures d’entretien, déclare que le président ne lui est « pas apparu totalement déterminé à organiser » un référendum.

« J’ai attiré son attention sur le fait qu’on ne met pas au référendum des questions à choix multiples, ça n’existe pas dans le droit constitutionnel français. Mieux vaudrait faire un référendum pour convoquer une assemblée constituante », a suggéré le député des Bouches-du-Rhône, confiant ne pas penser « avoir convaincu » le président. À propos d’une dissolution, « (cela) paraît plutôt comme une solution d’apaisement et de règlement des problèmes », a-t-il admis en précisant que « ce n’est pas là-dessus qu'(il a) été consulté ».

Venezuela et Syrie

Jean-Luc Mélenchon a en outre indiqué avoir « parlé d’Europe » avec le chef de l’État, dans le cadre « d’une discussion comme on peut en avoir sur la place de la France dans le monde sur plusieurs dossiers » : « J’ai abordé celui du Venezuela et celui de quelques autres, de la Syrie », a-t-il encore souligné. À propos du Venezuela, après la reconnaissance par la France de l’opposant Juan Guaidó comme président par intérim, Jean-Luc Mélenchon a estimé que « ce n’est pas une bonne chose de reconnaître un aventurier qui se proclame président de la République comme l’a fait ce monsieur-là ».

Il a ensuite fait une référence inattendue au mouvement des Gilets jaunes, qu’il soutient pourtant ardemment: « Si on fait ça, M. Drouet sera président de la République  ! Si on utilise des méthodes pareilles : une manif et derrière on change le pouvoir… », a-t-il dit en visant Éric Drouet, une figure des Gilets jaunes, dont il avait pourtant fait l’éloge il y a quelques semaines. « Ce n’est pas la guerre civile dans ce pays, quoi  ! On parle  ! » a encore fait valoir le leader de La France insoumise. « Il faut qu’on parle  ! »




«IL FAUT UNE ASSEMBLÉE CONSTITUANTE»

? «IL FAUT UNE ASSEMBLÉE CONSTITUANTE» – Point presse de Jean-Luc Mélenchon après son entretien avec Emmanuel Macron à l'Élysée

Опубликовано Jean-Luc Mélenchon Среда, 6 февраля 2019 г.

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici