Coronavirus : La gauche charge Emmanuel Macron pour ses « 1er-Mai chamailleurs »

0
469

L’expression choisie par le président de la République n’est pas passée.

Ce devait être une allocution d’union et d’apaisement. Dans une vidéo publiée vendredi matin sur les réseaux sociaux, le président de la République Emmanuel Macron a évoqué « l’esprit du 1er-Mai », remerciant entre autres les « soignants, personnel de la protection civile, forces de l’ordre, les armées », grâce à qui « nous sauvons chaque jour tant de vies ». En conclusion, le président vantait la volonté forte du pays de retrouver « dès que possible nos 1er-Mai joyeux, chamailleurs parfois ».

Chamailleurs ? Une expression moyennement avalée par la gauche. Sur Twitter, plusieurs figures politiques ont ainsi chargé le président. A commencer par Olivier Faure, le premier secrétaire du PS. « Le 1er-Mai n’est pas un « rituel » de « chamailleurs », pas plus qu’il n’est une « célébration » du travail. Ça c’est une autre tradition… Il est un hommage aux travailleurs, à leurs luttes pour des droits nouveaux et l’occasion de dire que tant reste à accomplir ».




Un terme qui ne passe ni à LFI, ni à EELV

Pour La France Insoumise, Alexis de Corbière soulève la « condescendance réac’ » du Président. « Non, les 1er-Mai ne sont pas « chamailleurs » (déf : se disputer pour des raisons futiles) mais revendicatifs, explique le député de Seine-St-Denis. Non, le 1er-Mai ne célèbre pas le Travail (vision pétainiste de 1941) mais la lutte des travailleurs ! ».

Autre députée France Insoumise, Manon Aubry poursuit : « Le 1er mai, nous défendons le droit du travail que vous avez contribué à détruire. Nous luttons. Mais non nous ne nous « chamaillons » pas. Cessez de nous prendre pour des enfants ! »

De son côté, la sénatrice EELV Esther Benbassa évoque les violences qui avaient émaillé les derniers 1er mai. « Notre Président regrette les 1er-Mai « chamailleurs » et « joyeux ». Il n’a pas froid aux yeux pour faire un tel discours un jour pareil. Lunaire, je vous dis. A-t-il oublié les coups de matraques, les tirs de LBD et les lacrymos des dernières « fêtes » des travailleurs ? Nous pas. »

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici