Agnès Buzyn : « Un père, ça peut être une femme, évidemment »

0
361

La sinistre Agnès Buzyn, ministre gauchiste et apatride de la Santé, illustre encore une fois, avec cette sortie, la folie à laquelle mène le gauchisme.




« Alors que l’Académie Nationale de Médecine sonne l’alerte, considérant le projet de « PMA pour toutes » comme une rupture anthropologique majeure, la ministre de la santé continue son marathon médiatique pour vendre sa loi.

Invitée sur LCP, Agnès Buzyn tente de résumer la situation :

« C’est une loi qui confronte la science, les progrès scientifiques, avec les dési… le… les… les choix d’une société et avec des douleurs individuelles »

Le lapsus est là, il est clair. La loi de Madame Buzyn mettra en effet la science au service des désirs individuels. En l’occurrence ici, le désir d’avoir un enfant deviendra, dans la loi, le droit à l’enfant.

Peu importe si de nombreux pédopsychiatres, médecins et autres scientifiques alertent sur les dangers de cette « PMA pour toutes ».
En 2019, le père est apparemment remplaçable, substituable. Non nécessaire. En atteste cet échange entre la ministre et la journaliste, apparemment toutes deux sur la même longueur d’onde.

La journaliste — Un père c’est une fonction symbolique, ça peut être femme ?
Agnès Buzyn — Ça peut être une femme, évidemment, ça peut être une altérité qui est trouvée ailleurs dans la famille, on le voit, ça peut être des oncles, ça peut être heu…
La journaliste — Une grand-mère.
Agnès Buzyn — Une grand-mère (rires).

Un père ça peut être un cactus. Un chat ça peut être une vache. 8 = 125.

 

Facebook Comments

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici